Herboristerie & bizarreries de l’Histoire de France

« Comme les femmes, les plus humbles plantes sont parfois les plus riches en vertus cachées » Maurice Mésségué

herbes-fleurs-saveurs-dans-vos-salades-panier-du-bien-etre-saint-pol-de-leon-pays-de-morlaix

Herboristerie : la science des herbes et des plantes

Herboriste : un métier interdit en France !

L’herboristerie est la science de la connaissance des plantes et de leurs propriétés.

Depuis l’origine de ses incarnations terrestres, l’être humain s’est nourri, développé et soigné grâce aux vertus des plantes qui jalonnaient son territoire et son parcours.

Certains élus et guides d’entre-eux – les chamans – communiquaient et continuent à communiquer avec l’esprit des plantes pour mieux soigner leurs congénères…

herboristerie-herbes-fleurs-panier-du-bien-etre-saint-pol-de-leon-pays-de-morlaix

Certaines personnes passionnées par les plantes en ont fait leur spécialité, leur métier : l’herboriste.

« Le corps est comme un jardin, il a ses rythmes qu’il faut respecter » déclarait l’herboriste Michel Pierre qui milite avec ses confrères pour un retour aux valeurs naturelles, un retour au droit d’exercer librement une science naturelle.

L’herboristerie respecte la logique des rythmes (matin, soir, journées, …, saisons) et stimule la vitalité de l’organisme par son intervention. Les plantes séchées sont également des substances vivantes, à utiliser à bon escient.

L’herboristerie terrassée en 1941… Brrr !

Période très trouble de notre histoire, c’est en 1941 que le maréchal Pétain, très inspiré certainement, promulgue le fameux décret qui supprime la profession d’herboriste

Cependant, tandis que la plupart des décisions de Vichy seront annulées après l’armistice, ce décret est curieusement toujours en vigueur de nos jours malgré la volonté, la ténacité et le véritable combat de survie de nombre d’herboristes interdits d’exercer.

Actuellement en France, « L’herboristerie n’est pas interdite. Le métier d’herboriste par contre est interdit ! » signalait l’herboriste Jean-François Astier

Administrativement fantastique non ? Belle leçon de « comment interdire sans interdire », on ne casse pas, on sape, toujours et toujours en subtiles nuances…

Les herbes et les plantes sont à l’origine des médicaments avant la fabrication industrielle des molécules de synthèse. Les pharmaciens ont le droit d’exercer. Pas les herboristes !…

Revenons en 1946… Reconstruire et nourrir !

C’est en 1946, dans une France bien abîmée après la 2nde guerre mondiale, et en tout début de reconstruction du pays, qu’est créée l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) sous la direction de Jean Bustarret qu’il n’est pas exagéré de définir comme « l’homme des pesticides au sein du service public » ou encore un « commis voyageur des pesticides » selon Fabrice Nicolino dans son excellent ouvrage « Un empoisonnement universel » que nous vous recommandons absolument de lire…

Notre recherche agronomique nouera ainsi dès le début, des rapports plus qu’intimes et des « liens indéfectibles avec l’industrie naissante des pesticides » représentée par Fernand Willaume, un « lobbyiste hors pair » à la tête d’un déjà petit empire.

Pesticides à fond !

Et « C’est dans un mélange des genres total, où seuls les intérêts des hommes et de la société sont oubliés, que triomphent les pesticides« , des pesticides qui oeuvrent depuis longtemps à l’émergence de maladies nouvelles…

Confrontés certes aux exigences de l’époque – il faut le souligner -, ce sont ce genre d’hommes troubles issus des Sciences, des Industries et des finances qui ont corrompu le monde agricole, perverti les milieux ruraux à l’aide d’une poignée de syndicalistes paysans, zélés et avides eux-aussi…

Personne n’imaginait sans doute (?), le désastre environnemental et sanitaire que représenteraient quelques décennies plus tard ces fameux pesticides, polluants chimiques rémanents issus d’une industrie de guerre reconvertie, issus d’une industrie de mort

Pétrochimie oui, naturel surtout pas !…

Depuis lors, les produits pétrochimiques ont supplanté les produits naturels. Les pharmaciens utilisant les bienfaits de la pétrochimie ont toujours le droit d’exercer. Pas les herboristes… Bizarre, non ?

« Liberté ? Egalité ?… [Pourvu qu’on ait la] Choucroute ! » pour faire un clin d’oeil à l’humoriste et regrettée grande gueule Jean Yanne

Votre santé est dans votre assiette…

Il y a désormais beaucoup de déremboursement de médicaments. Un mal pour un bien : vous êtes obligés de vous investir dans votre Santé. Alors, soyez acteur de votre Santé et consom’acteur de ce que vous achetez…

En premier lieu, tout simplement, pensez à vos aromates dans vos plats, dans vos assiettes

Et, surtout, faites de la prévention votre 1ère priorité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *