Production mondiale de produits chimiques

« Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés » Mark Twain (1835-1910)

500 millions de tonnes chimiques dans le monde

Top consommateur !

Selon l’ORP (Observatoire des Résidus de Pesticides) en 2008, la France était le 1er consommateur européen de produits phytosanitaires et le 4ème consommateur mondial derrière :

  • les États-Unis,
  • le Brésil
  • et le Japon…

En 2008, en France, 78.000 tonnes de matières actives ont été utilisées pour un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros.

Source: UIPP (Union des Industries de la Protection des Plantes)… Belle appellation pour le lobby des fabricants de produits phytosanitaires.

Fois 500

Entre 1930 et 2014, soit en 84 ans, la production mondiale de produits chimiques est passée de 1 million de tonnes à 500 millions de tonnes, soit multipliée par 500…

Nous retrouvons ces produits chimiques absolument partout.

En usage d’abord, puis comme déchets encombrants dont on se débarrasse très volontiers et le plus rapidement dans la rue, dans la nature.

Souillant absolument partout. Inimaginable ! Même des endroits aussi magnifiques et insoupçonnés que le Mont-Blanc ou les Himalayas…

Pourtant, la pollution visible n’est rien par rapport à toutes ces molécules chimiques, les PEN (Perturbateurs Endocriniens et Nerveux) encore appelés xénobiotiques.

Auparavant seulement inspirés de l’air pollué, bus de l' »eau potable » et ingérés lors d’excellents repas souvent plus encrassant que nourrissant…

… Des xénobiotiques retrouvés désormais chez les bébés, c-a-d héritées génétiquement !

Décharge ambulante ? La nature ?…

Qu’en pense-t-elle ?

La nature accepte, bien malgré elle, et s’adapte doucement, tranquillement, sereinement :

  • les mâles deviennent de plus en plus infertiles,
  • les mâles se parent d’organes femelles,
  • les femelles adoptent l’agressivité auparavant réservées aux mâles,
  • il y a plus de femelles que de mâles,
  • leurs cellules s’hypertrophient et prolifèrent,

Parfois, elle tousse, crache, remue, se divise…

Bah, c’est le progrès…

Qu’en pensent nos systèmes endocrinien, nerveux, immunitaires et reproducteur ?

Depuis des décennies, ils trinquent sévèrement car « l’homme devient une décharge ambulante » bien malgré lui, le pauvre…

En souffrance et souvent en silence pendant des années, nos fonctions organiques nous disent avec leurs maux, bien souvent chroniques que les pollutions environnementales sont la source et la cause de :

  • l’explosion phénoménale des maladies de civilisation,
  • des dégénérescences organiques & neurologiques,
  • des malformations,
  • de l’infertilité : diminution de la concentration et de la qualité spermatique,

Ah M—- ! Ce n’était pas prévu… Cela se voit donc désormais aussi sur nous ?

Pire, cela se lit sur nos gènes qui « ne vivent pas dans un théâtre fermé » comme nous l’expliquait l’ex-scientifique banni Gilles-Eric Séralini

Banni pour avoir osé démontrer les supercheries et dangerosités du Roundup, produit phare de Monsanto.

Bah, c’est la rançon du progrès ! L’homme évolue aussi… Mais dans quels sens ?

Il nous faut dorénavant sortir de ce système de 50 ans de perversions et de mensonges qui ont détruit notre environnement et notre éco-système

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *