Vivre vieux ?… Surtout vivre vieux ET mieux !

« Il est encore des jours souriants pour la vieillesse, si elle s’intéresse à tout et se désintéresse d’elle-même. »
Louis Joseph Mabire (1789-1853)

Espérance de Vie seulement ?…

Entre Vie et mortalité, constats

Aux USA, les américaines blanches des classes sociales défavorisées ont perdu 5 ans d’espérance de vie depuis 1990. 5 ans de vie en moins en l’espace d’une vingtaine d’années…

Chez nous, en France, pour la première fois sur la période 2008-2012, on observe une perte d’espérance de Vie, véritablement constatée et très officiellement chiffrée :

  • -0,80 an pour les hommes,
  • -1,1 an pour les femmes

soit en 4 ans seulement ! Certes, la baisse est limitée mais le signal est clair…

Vieillir en meilleure santé !

La notion d’EV (Espérance de Vie) toute seule, est une notion dépassée : pourquoi vivre seulement dans l’optique de toujours plus vieux sans considérer les moult inconforts et handicaps associés à la personne âgée, à nos ainés :

  • difficultés corporelles diverses (articulaires, respiratoires, vasculaires, urinaires, etc…),
  • altérations nerveuses et déficiences mentales (alzheimer, parkinson, sénilité, etc.. ),
  • leur cortège de pathologies invalidantes (obésité, diabète 2, essoufflements, apnées du sommeil…),
  • le tout dans une sur-médicalisation,
  • et d’une hyper-médicamentation allopathique trop généralement inutile et dangereuse (somnifères, anxiolytiques, vaccins,…).

condamnés bien souvent à une absence d’autonomie partielle (canne, fauteuil roulant, fauteuil automate, déambulateur… ) voire totale (lit médicalisé…).

… Est-ce bien cela que l’on appelle alors espérance de Vie ? Cela ressemble davantage à une espérance de souffrances, non ?…

EV ? EVSI !

Vieillir est inéluctable, toutes les espèces le vivent avec une perte progressive de certaines capacités compensée normalement par des connaissances et une sagesse transcendées.

Aussi, il est surtout important de bien vieillir, en tout cas de vieillir le mieux possible c-a-d en possession du maximum de ses aptitudes et capacités…

La notion d’EVSI (Espérance de Vie Sans Incapacité) devient donc le meilleur critère pour mesurer le réel état de Santé de notre population, d’ailleurs vieillissante…

L’EVSI est ainsi, depuis quelques années déjà, le critère enfin choisi et recommandé par l’Union Européenne.

EVSI officielle selon l’INED, l’INSEE…

Or, coup de tonnerre dans le ciel médical et statistique français depuis 2008 selon l’INED (l’Institut National des Etudes Démographiques), soit en 4 ans seulement, l’EVSI a décru :

  • de 62,7 à 61,9 ans chez les hommes soit (-0,80) c-ad- près d’ une année de vraie vie en moins pour les hommes,
  • de 64,6 à 63,5 ans chez les femmes soit (-1,1) c-a-d une année de vraie vie en moins pour les femmes

Chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, Directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), accessoirement auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet (« Nous ne sommes plus faits pour vieillir » chez Grasset, « Longue vie » aux éditions Telemaque), le Professeur de physiologie médicale Christophe de Jaeger déclare en 2013 que « Cette espérance de vie en bonne santé ne diminue pas depuis aujourd’hui mais depuis 2007. C’est un vrai problème psychologique : pourquoi n’en avons nous pas parlé plus tôt ? J’ai essayé, mais le message était trop négatif pour être entendu. Pourtant c’est la réalité : on vit plus longtemps, certes, mais sous la dépendance de la médecine »…

L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) confirme, quant-à-elle, cette baisse de la vie en bonne santédepuis 2006.

La Vie : un voyage éclairant

Comme l’écrit si bien l’écrivain et sage Paulo Coehlo : « Notre vie est un voyage constant, de la naissance à la mort. Le paysage change, les gens changent, les besoins se transforment, mais le train continue. La vie, c’est le train, ce n’est pas la gare ».

Faisons en sorte que ce voyage que l’on nomme Vie soit le plus enrichissant et palpitant possible, que les personnes rencontrées soient les plus agréables et éclairantes, que les paysages traversés soient les plus fantastiques et mémorables, et que notre ultime gare soit la plus belle de toutes celles déjà parcourues…

Pourquoi devrions nous attendre une bien hypothétique retraite pour enfin vivre et profiter de la Vie ? Combien de personnes se sont laissées, combien d’entre-nous se laissent toujours dériver dans cette douce illusion démagogique ?…

Voyageons donc tous avec cette idée d’une meilleure connaissance de Soi, d’une ouverture aux Autres par la Joie de transmettre, dans ce besoin de partager, avec cette inextinguible soif d’apprendre à la Lumière éblouissante des échanges Connaissances pour véritablement et favorablement évoluer, passés les monts, plus loin, plus haut…

Notre Vie = notre responsabilité

Nous pouvons lire dans l’ouvrage «  Yoga pour tous, vivez mieux, vivez vieux  » de Desmond Dunne paru dans les années 1960s, beaucoup de vérités toujours actuelles, telles :

  • « Le corps est un mécanisme résistant qui supporte pendant des années les pires traitements sans protester, malgré les fatigues qu’on lui inflige. On le prive d’oxygène, on le sous-alimente, on le gave, on ne lui donne pas suffisamment d’exercice, on néglige son hygiène interne et externe »
  • « Nous créons nous-mêmes notre bonne ou mauvaise santé physique et mentale, ce qui est un tout »
  • « Si nous traînons, fatigués, débilités, irritables et découragés, c’est le plus souvent en grande partie notre faute. Nous devons donc nous ressaisir, modifier notre comportement, notre genre d’existence, et il n’est jamais trop tard pour s’y décider »

Sagesse, Joie, Amour… Naturellement !

A la divine lumière de son environnement naturel, l’énigmatique sage chinois Lao Tseu (604-531 av. J.-C.), contemporain de Confucius, dans son ouvrage reconstitué « Le livre de la Voie et de la Vertu » observa finement :
« A sa naissance, l’homme est tendre et souple
A sa mort, il est dur et raide,
Vivantes, les plantes sont gorgées de sève,
A leur mort, elles sont flétries et sèches.
Raideur et inflexibilité ont donc la mort pour maîtresse,
Quand la vie a pour disciples douceur et souplesse
»…

… Pourquoi ne resterions nous pas le plus longtemps possible tendre et souple ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *